Pourquoi cette généalogie

Consultation de la généalogie

Nos origines avérées et non avérées
supposées ou souhaitées
dans un arbre généalogique

Pourquoi cette généalogie et pourquoi en accès libre ? Et pourquoi la dénommer "Généalogie Henri Decroix et familles attachées"?

C'est simple, la constitution d'un arbre généalogique est une bonne solution pour se reconnaître quand la famille est nombreuse et l'intérêt est évidemment qu'il soit consultable par le plus grand nombre.
La dénomination est due au fait qu'au lieu de partir de moi-même, j'ai pris, pour base de l'arbre généalogique, un aïeul commun à de nombreux parents fréquentant encore de nos jours un lieu acquis par cet aïeul en 1896.
Il s'agit de Henri Decroix.
La généalogie s'avère assez ludique pour qui aime les puzzles géants et infinis
Plus on remonte dans les origines, plus on se rapproche du Big-Bang dont nous sommes tous issus...C'est intrigant.
Pour réaliser cette étude, j'ai puisé et je puise toujours, dans des travaux déjà réalisés et dans de multiples dossiers que l'on trouve sur internet (cités et remerciés sur la page d'accueil du site généalogique), sans oublier la Bibliothèque nationale de France, les archives départementales et les précieux renseignements des parents retrouvés....

Ce dont nous sommes sûrs, c'est de notre propre existence.
La seule valeur sûre, c'est soi-même. Les seules qualités ou les seuls défauts qui puissent nous être attribués sont les nôtres.
Oui, c'est vrai, mais pourquoi agissons-nous de telle ou telle façon ? L'atavisme y est-il pour quelque chose ?
Nous sommes tous d'une même origine que la paléoanthropologie définie africaine, puis nos ancêtres ont connu des joies et des peines, ont subi des guerres et des famines, ont éprouvé de la haine et de l'amour, se sont soumis, se sont révoltés, bref, ont lutté les uns après les autres pour qu'enfin nous existions.

Les temps modernes, notre mode de vie matérialiste, noient dans la futilité les traces et les histoires familiales passées ; les récits légendaires au coin de l'âtre n'existent plus ; les liens transmetteurs sont rompus, la mémoire s'efface, mais l'hérédité reste, peu ou prou.
La généalogie ravive notre mémoire, agite notre imagination..
Bien entendu, l'absence fréquente de documents rend cette « science » incertaine et les petits et grands écarts de nos ancêtres n'arrangent pas les choses.
En effet, il était courant que nos seigneurs eussent plusieurs femmes et ces femmes parfois des amants ; quant aux gens du peuple qui vivaient entassés dans des masures, en promiscuité complète, la dot pouvait parfois être bien utile pour faire accepter au futur mari le bébé déjà dans le ventre de sa dulcinée.
Quant à savoir pourquoi nous retrouvons des types méridionaux parmi nos lignées nordiques, n'oublions pas les participations aux croisades et les représailles de nos poursuivants.
Bref, malgré tout, en cherchant bien, nous arrivons à retrouver quelques aïeux.
Et c'est ainsi que les découvertes se multiplient, d'autant plus nombreuses que l'on remonte dans les siècles des siècles (amen) : les 2 parents, les 4 grands-parents, les 8 arrières grands-parents et ainsi de suite, les frères et sœurs de ceux-là et leurs enfants, et cætéra...oh, là, là, ça fait du monde !
Et à travers la petite histoire, l'on peut aussi redécouvrir l'Histoire. C'est intéressant.
Et de ces histoires, il n'y a nulle vanité à tirer, car outre le fait que notre seule valeur vient de nous, nos ancêtres furent aussi bien guerriers, éventuellement sanguinaires, paysans, marchands, connus et inconnus, brillants, ordinaires ou faibles, voire malveillants ou tortionnaires, sans oublier que dans une fratrie les destins des uns et des autres sont bien différents.
Il n'y a pas pas de trésor à trouver, car, bien que certains de nos ancêtres furent fortunés, voire de façon royale, ils eurent tous une telle progéniture qu'il ne reste plus rien...sauf nous, ce qui est déjà beaucoup.

Dans cet arbre généalogique, perpétuellement en croissance, il y a de multiples noms, ils vont et viennent sous des formes différentes, ils se croisent, se décroisent et se re-croisent, car il y avait, dans les temps passés, le souci du maintien des alliances et puis les moyens de locomotion n'étaient pas les mêmes que maintenant.
Il y a aussi des erreurs, des incertitudes, voire des doublons (noms différents pour un même individu), je corrige autant que possible, mais c'est toujours perfectible.

Mais avant de voler de branche en branche dans l'arbre généalogique, commençons par l'étude de quelques noms et leurs origines toponymiques ou dérivant des prénoms ou des surnoms.

Blasons