Un tout petit aperçu de "Poèmes prenants" avec quelques extraits

Liberté Originelle

Dans la savane,
Sous le baobab des sages,
Un vieillard, appuyé sur une canne
Observe les pacages,
A l'abri de la lumière,
Une occupation coutumière,
Là-bas travaille sa famille.
Tout est tranquille.
....................
A Goré, un nouveau peuple est né,
C'est celui des enchaînés.
Dans d'énormes barques à étages
Entassés, serrés, maltraités
Pendant des semaines subissant d'horribles ravages
Ballottés par des flots déchaînés
Les malheureux ne voient que peu la lumière
Ils ont perdu la notion de l'hier.

Les uns sur les autres se souillant,
Vomissant, pissant, déféquant.
Déchirées par les fers,
Pourrissent les chairs.
Une ombre passe, jette la nourriture
La souffrance n'est plus que murmures,
Car à crier sans fin on s'épuise.
Les belles peaux sont devenues grises.
.....................................
Je puis maintenant chanter
Ma terre colorée,
Aux senteurs poivrées,
Aux eaux enchantées
Où l'hibiscus rougeoyant
Brille dans le soleil couchant.
Je puis laissé pleurer ma joie
Après avoir, si longtemps, pleuré d'effroi.

Espérance en fin d'année


Des tours sont tombées,
Un peuple renaît,
Un autre est bafoué
Par celui qui fut martyrisé.

Sommes nous en état de survie ?
Quel est le mystère de la vie ?
Qu'y avait-il avant le big-bang ?
Qu'est ce que l'espace infini ?
Et le ying et le yang ?
Ne s'agit-il que de théories ?

eté chaud

Dans la chaleur de la nuit,
Tombes rafraîchissante pluie,
Rends les femmes frissonnantes
Et leurs robes glissantes.

Dans la pénombre complice
Des mains se saisissent
Les êtres s'étreignent
Les lumières s'éteignent

Bonhomme

Bonjour, bonjour, les petits enfants !
Bonjour, bonjour, les grands parents !
Avec lui, la vie est limpide,
Fini l'insipide.
Plein d'indulgence,
Il pardonne toutes les négligences.
Par la cheminée, il apparaît,
Dans la fumée, il disparaît,
Voufff !! Il était là !
Il est déjà là-bas !

Canicule

C'est la canicule.
Les vieux arbres se meurent.
Sans eau, la vie capitule
Et disparaît dans la stupeur.

Je suis grand

J'ai 5 ans et je suis grand,
Mon petit frère a 1 an,
J'ai 5 fois son âge
Je suis un sage.

L'enfant seul

L'enfant est seul,
Assis près de la fenêtre,
Il rêve, il s'esseule.
Bientôt il va disparaître
Dans un monde invisible
Où rien n'est impossible.

Démesure


Démesure
Une fois, dans la rue, j'ai vu un homme cracher si fort que sans y prendre garde, il cracha son âme.

Transformation

Tout le monde s'écria :

  • Oh ! Quel génie !

Et cela parce qu'il écrivait des choses que personnes ne comprenait.
Il n'y avait d'ailleurs rien à comprendre.
Ce fut pour lui un grand amusement.
Un jour, il les crut :

  • Mon Dieu ! pensa-t-il, je suis un génie !

Aussitôt, de l'état de génie, il passa à celui de paon.

En claquant la porte

Il fallait qu'elle sorte

En claquant la porte.
Elle en est morte.

En quelque sorte,
Elle est morte
En claquant la porte.

Pour montrer sa désapprobation,
A la vue d'un cloporte,
Elle a claqué la porte.
Elle est montée en tension
Et elle en est morte.
La montée de tension
Lui a bouché l'aorte,
Pour un petit cloporte.....